Chambre d’ado rénovée

Dans nos petits appartements de citadins, la place manque parfois cruellement surtout pour un ado qui y passe le plus clair de son temps. Le lit en mezzanine à 20 centimètres du plafond a fait son temps et va tout à fait convenir au petit frère qui a les mêmes contraintes (peu de place pour un espace occupé la plus grande partie du temps).

A force de farfouiller sur le net ainsi que dans les magasins, une technique (française en plus) s’est avérée ingénieuse, pratique et en plus de ça esthétique : le lit relevable. Là où s’est intéressant, c’est que la place occupée par le lit ne prend que l’épaisseur du matelas. Un gain de place assuré donc. L’idée était de pouvoir y mettre son bureau parce qu’un ado en dehors d’être sur son téléphone et sur sa musique ou de lire (oui la nôtre lit beaucoup), il doit travailler quand même. Donc un bureau parait indispensable mais sans rajouter de meuble dans la pièce. La solution : le lit relevable version bureau.

Pour preuve, voici le lit en action de la version pliée bureau à la version dépliée lit :

Il ne reste plus qu’à placer dans la pièce, l’indispensable piano dont nous avons enlevé les pieds pour y loger la bibliothèque du célèbre fabricant suédois que l’on peut mettre dans tous les sens pour ranger les partitions, livres, manuels et cahiers de cours.

Toutes ces modifications me laissent un vaste champ libre pour pouvoir me faire plaisir sur la déco, mon terrain de prédilection ! Chouette ! Y a plus qu’à….

Ma Tilde

Qui dit chaleur, dit fenêtres ouvertes et donc lumière

Tout ces ingrédients ne font pas bon ménage pour une nuit longue en cette période d’obscurité raccourcie… Alors avant le départ en vacances où la mauvaise surprise de découvrir en arrivant que la chambre n’a pas de volets ou seulement un pauvre voilage qui de toute façon compromettra la grasse matinée tant convoitée, je prends les devants.

Je me lance dans la confection de masques de nuit pour toute la famille, personnalisé pour ne pas passer notre temps à les confondre.

Des masques de tous les coloris, toutes les tailles et tous les motifs… Bref, tout le monde est ravi et découvre même pour certains le bonheur de dormir avec. A moi les longues nuits !

Ma Tilde

Fil de fer quand tu nous tiens…

Voilà un moment que je bavais devant des réalisations en fil de fer et que je voulais m’attaquer à ce nouveau matériau.

  valise fil de fer, coeur tissu, lin, toile de jute, papillon papier et lin, coeur voyageur 1 (1)

Sur le net, on trouve un paquet de créations plus belles les unes que les autres mais c’est toujours avec un peu de retenue que je me lance dans un nouvel « environnement créatif » en me demandant parfois si je ne m’éparpille pas un peu trop. L’envie est trop forte !

J’ai eu un mal fou à me fournir en fil de fer recuit, c’est-à-dire un fil d’acier qui a subi une cuisson supplémentaire dans le but d’être assoupli. Brut, il peut être gris foncé à noir. Il ne se travaille pas du tout comme le fil d’aluminium beaucoup plus souple et malléable.

Un livre m’a aidé à franchir le pas, trouvé un peu par hasard à la bibliothèque. Les modèles sont en taille réelle et sont vraiment très beaux.

J’ai donc flanché et je me suis tenue à ce nouveau projet. J’ai craqué pour une réalisation intitulée « un week-end à Paris » ce qui mettait déjà en appétit car cette ville est fabuleuse pour qui veut y passer un séjour ou un week-end féérique. Il s’agit de sculpter dans le fil de fer des silhouettes anodines ou de bâtiments parisiens célèbres.

Quelques petits détails très parisiens :

J’ai dû utiliser 4 tailles différentes de fil : un fil épais pour le socle, un peu moins épais pour le détourage des silhouettes et enfin 2 épaisseurs très fines pour les détails des fenêtres, portes et autre décoration (cheminées, antennes…).

Conclusion: j’ai adoré travailler ce matériau même si je me suis attaquée à un projet difficile pour débuter. Mais j’ai un côté un peu têtu alors j’ai persisté quitte à avoir des ampoules aux doigts (n’allez pas dire que je me suis acharnée !!!). J’ai un peu lutté contre un fil de fer parfois un peu réticent. Je suis super contente de ce que je suis arrivée à faire même si je vois tous les défauts. Les deux seuls hics sont que la structure est difficile à faire tenir sans poids de chaque côté (enfin j’ai recommencé 2 fois et ça ne tient toujours pas tout seul) et la couleur noircie du fil de fer s’étiole au fur et à mesure des passages des pinces. Du coup, par endroits, on perd le côté noirci du métal et l’argenté ressort. C’est un petit dommage. Mais je ne compte pas m’arrêter là pour autant !

Ma Tilde

Des petites panières en tissu pour un bureau rangé

Dans la suite de l’installation de la nouvelle chambre de notre ado, il y avait la réalisation d’un rideau pour son placard à vêtements/bazar mais aussi de nouvelles panières pour ranger son matériel de bureau. Même si je trouve qu’il y a en toujours trop, il n’en reste pas moins que pour bien travailler, il est indispensable d’avoir le matériel nécessaire sous la main.

L’idée était donc de pouvoir assortir dans le même tissu, les panières et le rideau de la penderie. Après un tour chez un fournisseur de tissu, nous sommes tombées d’accord, l’ado et moi, sur un choix de coloris s’approchant des montants du lit mais avec une petite touche d’originalité. Une fois le rideau installé, il a été facile d’agrémenter le bureau de petites panières assorties.

J’ai opté pour un tuto super facile à faire (merci aux Ateliers de Lune) en prenant le soin de rigidifier le tout avec un thermocollant assez épais plutôt prévu initialement pour des sacs à main, histoire que la panière se tienne un peu. C’était le problème de la précédente en plus de ne pas être très droite et bien cousue. J’ai aussi un peu adapté les dimensions notamment pour la plus petite panière. J’ai ajouté également à l’intérieur des pochettes intérieures pour pouvoir trier.

Et voilà un bureau gai, déco et rangé ! Pour combien de temps, ça je l’ignore !

Ma Tilde